UNE PLACE POUR TOUS

Avril 2023

La ville favorise la préservation des espèces et la cohabitation entre les êtres humains et la faune, au travers de son action publique et de partenariats avec des associations.

Selon les estimations de la Société centrale canine, il y aurait environ 7,3 millions de chiens en France. De même, la population féline est estimée à près de 14 millions de chats. En outre, on estime qu'il y a 10 millions d'autres animaux domestiques, essentiellement oiseaux, rongeurs, poissons, reptiles. Au total ce serait plus de 31,3 millions d'animaux de compagnie dans notre pays. Et pour cause. Nos amis à poils, plumes ou écailles offrent souvent des avantages psychologiques et sociaux pour leurs propriétaires, réduisent le stress, représentent une présence, stimulent l’esprit, incitent à l'exercice. En ville, leur cohabitation avec les humains intègre de nombreux aspects de la vie. De la possession d'animaux domestiques aux enjeux écologiques, en passant par la gestion de la faune sauvage et la protection des animaux, de nombreux défis se posent pour créer des environnements urbains durables et respectueux des animaux. Pour répondre à ces enjeux, la municipalité a mis en place une mission «  Animal en ville  ». Dans le conseil municipal, une délégation est dédiée à la place et au bien-être de l'animal dans la ville.

L’objectif est une meilleure cohabitation Homme et nature comme il est rappelé dans l’Agenda 21 de Fontenay, sensibiliser les Fontenaysiens aux enjeux liés à la présence d'animaux dans leur environnement proche. En somme, promouvoir une coexistence plus harmonieuse. Parmi les initiatives en place, il y a la création de parcs à chiens, la stérilisation des chats errants, la régulation douce des populations de pigeons, l'organisation d'événements éducatifs sur la faune qui nous entoure telle Nature en ville, des campagnes de sensibilisation qui encouragent les habitants à traiter nos amis avec respect. Depuis 2013, l’Association chats des rues (ACR) assure le contrôle régulier, la stabilisation et le suivi de la population féline, dans un contexte d’une politique des «  chats libres  ». AERHO procède de même avec les pigeons. La Ligue de protection des oiseaux (LPO) intervient dans les parcs de la ville pour appliquer un plan de gestion favorable à la biodiversité. C’est également le rappel des normes édictées en matière de possession d'animaux domestiques, de vaccination, de stérilisation, la limitation des nuisances sonores et olfactives, la prévention des maladies.

UN POULAILLER COLLECTIF

Du 22 au 25 mars, un troupeau de moutons a transhumé dans Fontenay. S’y ajoutera, au mois de mai, la transhumance annuelle organisée à l’occasion de Nature en ville. Au mois de novembre, nos amis les ovins reviendront sillonner la commune. Ce triple rendez-vous délivre le message d’une ville où l’animal a toute sa place, dans un paysage urbain en pleine renaturation. Les animaux peuvent être également de formidables vecteurs pédagogiques. En témoigne l’installation ce mois d’avril d’un poulailler collectif aux serres municipales, en partenariat avec l’association «  La poule en ville  ». Trois variétés de poules pondeuses -Sussex, Coucou de Rennes, Azur- y sont attendues dans un 16 m2 sur mesure, grillagé et sécurisé. Ce projet vise, non seulement à sensibiliser à la cohabitation entre les espèces, mais également à communiquer sur la gestion des biodéchets. Les gallinacés sont de grands dévoreurs de déchets alimentaires avec près de 100 kg ingurgités par an. Si l’expérimentation est concluante, d’autres poulaillers sont envisagés dans des lieux de vie collectif, les clubs de loisirs par exemple. Enfin, par son patrimoine végétal et sa gestion environnementale, Fontenay est redevenu un havre pour certains animaux sauvages (renards, rongeurs…), et notamment des espèces menacées ou en danger (hérissons, chauve-souris, abeilles solitaires…). Une place pour chacun dans la ville ? On a définitivement tous à y gagner.