TRIBUNES POLITIQUES

Les propos tenus dans les tribunes politiques sont sous la responsabilité des groupes politiques qui en assurent seuls la relecture.

Groupes de la majorité municipale

L’enseignement professionnel en danger

Beaucoup de jeunes Fontenaysiens poursuivent leurs études après la 3e dans deux établissements du territoire : le lycée professionnel Michelet et le lycée polyvalent Louis Armand. Ils y préparent un bac professionnel dans le tertiaire ou le secteur industriel et peuvent ensuite entrer sur le marché du travail ou poursuivre leurs études.

C’est l’équilibre entre enseignement théorique et enseignement pratique qui fait la force du lycée professionnel. Mais ce modèle est menacé ! Une réforme à bas bruit est en cours : réduction de l’enseignement général, augmentation du temps en entreprise, formations étroitement liées aux besoins du « bassin d’emploi » … bref, l’objectif c’est l’employabilité rapide et immédiate !

Nous vivons une révolution scientifique et technique que nous impose la transition écologique. Elle nécessite des travailleurs hautement qualifiés, aptes à faire face aux évolutions du travail productif ! Cette vision à court terme y tourne le dos. De plus, ces jeunes de Fontenay ou d’ailleurs ont aussi le droit à leur part de culture !

 

Les élus du groupe Fontenay en Commun
elu.e.s.fontenayencommun@gmail.com

Février 2023

Retraites 
Réforme antisociale, antiécologique

La récente annonce du gouvernement sur l’âge de la retraite à 64 ans et l’allongement de la durée de cotisation à 43 ans est profondément impopulaire et mobilise contre elle toutes les organisations syndicales et mouvements de jeunesse.

Cette réforme est antisociale et antiéco logique.

Elle renforce les inégalités, en particulier au détriment des femmes et des citoyens des couches populaires aux salaires plus bas et aux carrières hâchées. Elle nie les inégalités d’espérance de vie en bonne santé permettant aux plus aisés de profiter d’une retraite financée par les plus pauvres qui, eux, ne pourront pas en profiter longtemps.

Elle s’inscrit dans une société inégalitaire et injuste qui tourne le dos à la nécessaire transition écologique.

En prolongeant la durée de la vie professionnelle, gouvernement et patronat veulent inciter la population à travailler plus, donc à produire et consommer davantage.

Ce n’est pas en travaillant plus qu’on agira efficacement contre le réchauffement climatique et la perte de biodiversité, le défi majeur de notre siècle. Il faut, au contraire s’interroger sur ce qu’il est utile de produire, réorienter l’économie vers les biens communs et les services publics, satisfaire les besoins sociaux essentiels et engager la transition écologique.

Pour toutes ces raisons, les écologistes participeront activement aux luttes en cours pour faire reculer le gouvernement.

Le groupe Les Écologistes

Février  2023

Pour une retraite juste, sociale et finançable

La France est fracturée par les inégalités sociales mais l’âge de la retraite est repoussé à 65 ans dans une réforme qui se veut le marqueur du quinquennat Macron. Le Conseil d’Orientation des Retraites souligne pourtant que la part des dépenses de retraite dans la richesse nationale serait stable ou en diminution de 2032 à 2070. Aujourd’hui excédentaire, le régime des retraites sera peu déficitaire dans les 10 ans pour s’équilibrer par la suite.

Pourquoi donc repousser l’âge de départ quand : 40 % des seniors au chômage de 62 à 65 ans coûtent 4 milliards à l’assurance chômage ? à 62 ans, la plupart des plus pauvres ou ayant eu les métiers très pénibles meurent sans profiter de leur retraite ? des milliers de jeunes, chaque année sur le marché du travail, sont sans emploi ? 

Financer la retraite est un problème de recettes et non de dépenses. L’octroi de primes non soumises à cotisations ou les exonérations sur les bas salaires accordées aux entreprises grèvent le budget des retraites. La hausse des salaires ou l’égalité de salaires F-H fait à l’inverse augmenter mécaniquement les cotisations. Vive la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations !

 

Clémence Avognon Zonon, 5e adjointe déléguée au Patrimoine Bâti
clemence.avognon@fontenay-sous-bois.fr

Nicolas Leblanc, Conseiller municipal délégué au Projet de territoires de Santé
nicolas.leblanc@fontenay-sous-bois.fr

Février 2023

Un hiver printanier

Alors que le gouvernement Macron propose d’attendre les 65 printemps pour profiter de ses hivers, que la mobilisation sans précédent contre ce projet est actuellement en cours, un autre phénomène a aussi retenu notre attention.

Ce qui devait arriver est en train d’arriver. Chaque année nous ressentons de plus en plus l’effet du réchauffement climatique. Ce dérèglement n’est pas un bienfait. Il ne valorise pas les hivers plus doux et les marguerites en janvier.

Il est surtout à l’origine de la disparition de nombreux animaux chamboulés par ces changements. À l’origine de la fonte des glaces ainsi que d’incendies dévastateurs, des vagues de chaleur meurtrières ou encore des inondations inédites.

La responsabilité porte évidemment sur chacun et les scientifiques sont unanimes sur le fait qu’il faille lutter contre le réchauffement climatique, et ce, en changeant ses habitudes de transport, en changeant ses habitudes alimentaires, en réduisant ses déchets et en sortant des énergies fossiles.

Mais en y regardant de plus près on se rend compte que ce n’est pas si simple…

Ne disposant pas d’assez d’espace pour développer ce sujet primordial, cette tribune sera réalisée en deux fois.

Vous retrouverez la fin dans le prochain numéro. 


Lachelache Nassim, 6e adjoint délégué à la Santé et à l’Accès aux soins

Larabi Nacera, Conseillère municipale déléguée à la Médecine douce

Février 2023

Alors que l’année 2023 débute, et alors qu’il est d’usage de souhaiter nos meilleurs vœux, comment ne pas être inquiets face aux réformes du gouvernement ?

Depuis le 1er janvier 2023, Fontenay, comme de nombreuses collectivités qui appliquaient un régime dérogatoire de temps de travail au bénéfice de leurs agents, doit faire travailler ses agents 1607 heures. C’est une mesure injuste de régression sociale. Selon la Cour des comptes, sa mise en œuvre représente au niveau national une suppression moyenne de 57000 postes à temps complet dans la fonction publique territoriale. Pour ceux qui restent en poste, c’est jusqu’à 12 jours de congés supprimés. La municipalité de Fontenay a lutté contre l’application de cette mesure jusqu’au conseil d’État, en vain. Pour ne pas léser ses agents, elle a mis en place des jours de compensations pour limiter la casse. Attachés à un service public de qualité, continuons la bataille juridique contre ces réformes anti-sociales. Malheureusement, elles continuent. E. Macron s’obstine à aggraver nos conditions de vie en voulant imposer le recul de l’âge de départ en retraite à 64 ans. Cela ne répond à aucune nécessité économique ! Nous nous opposons totalement à cette réforme injustifiée et inefficace, rejetée par une majorité de nos concitoyens et toutes les organisations syndicales de salariés. Alors pour 2023, on vous souhaite la force de continuer, ensemble, à lutter et résister contre les réformes injustes de régression de nos droits.


Les élus du groupe La France Insoumise

Nous contacter: contact@fontenayinsoumise.fr

Nous suivre: www.fontenayinsoumise.fr

 

Février 2023

Battre en retraite

Nous avons échappé au transfert de l’Agirc-Arrco qui recouvre les cotisations de retraites complémentaires vers les Urssaf. La caisse des retraites complémentaires compte 20 millions d’adhérents. Ce transfert aurait mis en danger les 2000 salariés : certains d’entre eux auraient perdu leur emploi si le projet gouvernemental avait été maintenu.

Heureusement grâce à la mobilisation des syndicats de salariés et aussi des organisations patronales (la CPME et le MEDEF), cette initiative néfaste a été retirée. L’objectif était de créer un guichet unique en unifiant le recouvrement pour simplifier et faire ainsi des économies de gestion. Un amendement en faveur de l’annulation du transfert a été voté en commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale mais le 20 octobre, le gouvernement a demandé le report de la réforme en 2024. Ce passage en force a été adopté dans le cadre du projet de loi de financement 2023 pour la sécurité sociale (PLFSS) par l’article 49.3. Finalement devant la mobilisation des partenaires sociaux vent debout contre ce projet, l’annulation du transfert a été annoncée le 10 janvier 2023. Face aux mobilisations de nos concitoyens  les 19 et 31 janvier il a été sage pour le gouvernement de battre en retraite !

Bonne et heureuse année 2023.


Louis Mohamed SEYE, Adjoint au Maire délégué à la Politique de la ville
louismohamed.seye@fontenay-sous-bois.fr

Anne-Marie MAFFRE, Conseillère municipale déléguée à la Citoyenneté et à l’inclusion des personnes en situation de handicap
anne-marie.maffre@fontenay-sous-bois.fr

Février 2023

Groupes de l'opposition

Prolongement de la ligne 1 : un coup d’arrêt lourd de conséquences pour les Fontenaysiens

La fin de l’année 2022 n’aura pas été réjouissante pour les transports dans notre commune et en particulier pour le projet de prolongement de la ligne 1.

Le 2 mai dernier un avis défavorable à la déclaration d’utilité publique de ce projet avait été rendu par la commission d’enquête. Nous avions, comme de nombreux élus et acteurs mobilisés en faveur de ce prolongement (à l’exception notable des écologistes) réagi et le conseil d’administration d’Île de France Mobilités avait approuvé à l’unanimité le 12 juillet dernier la déclaration de projet réaffirmant une nouvelle fois l’intérêt général de ce prolongement. Nous attendions donc tous avec impatience la décision de l’Etat et celle-ci a été rendue par un communiqué du ministre délégué chargé des Transports Clément Beaune le 14 décembre dernier. Celui-ci a donc décidé de ne pas déclarer le projet d’utilité publique cédant en cela aux pressions exercées par les écologistes pour lesquels le développement des transports en commun en Île de France et l’amélioration de la desserte de notre commune par les modes alternatifs à la voiture, n’est clairement pas une priorité. Cette décision qui marque le coup d’arrêt du projet est toutefois assortie d’une demande de poursuivre les études et d’engager les premières acquisitions foncières. Encore faudra-t-il que le projet soit bien retenu dans le prochain contrat de plan Etat-Région actuellement en cours de négociation. Quoiqu’il en soit, ce projet de prolongement de la ligne 1 sera retardé a minima d’une dizaine d’années ! Cela n’est pas acceptable pour les Fontenaysiens dont les conditions de déplacements, déjà difficiles, ne vont donc pas s’améliorer. Nous avons donc sollicité Île de France Mobilités pour proposer des solutions de développement de l’offre de transport susceptibles de répondre aux enjeux d’une mobilité plus durable dans notre commune.

Mais nous attendons aussi (et encore !) de la majorité municipale, si prompte à dénoncer la politique régionale des transports ou à refuser la Zone à Faibles Emissions (ZFE), qu’elle s’engage enfin à mettre en œuvre une véritable politique locale de déplacements cohérente et concertée pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique !

Vœux à la population 2023 : pourquoi ce spectacle affligeant ?

Alors que, comme de nombreux Fontenaysiennes et Fontenaysiens, nous, élus du groupe Avec vous pour Fontenay, nous nous réjouissions du retour de la cérémonie des vœux à la population après deux ans pendant lesquels nous en avions été privé alors qu’il s’agit d’un moment important dans la vie démocratique d’une commune. Qu’elle ne fut pas notre surprise d’assister avant des vœux très politiques (et polémiques) centrés sur la situation nationale à un spectacle décalé et indécent ! Du plastique pour représenter le mer… avec une mise en scène pour le moins dégradante ! 

Nous avons été, comme de nombreux Fontenaysiens et personnalités présentes ce soir-là, surpris et choqués par cette représentation qui n’avait vraiment pas sa place dans cette soirée.


Evelyne Cacais-Baranger, Brigitte Chambre-Martin, Lionel Bertrand, Mohamed Targui, Christophe Mathieu 

GROUPE AVEC VOUS POUR FONTENAY
111, rue Dalayrac
94120 Fontenay-sous-Bois
06 17 76 12 56

Pour contacter les membres du groupe par mail, il vous suffit d’écrire en utilisant le principe: prénom.nom@fontenay-sous-bois.fr

Février 2023

S’occuper enfin des fontenaysiennes et des fontenaysiens ?

Bientôt 3 ans que la majorité municipale est élue.

Triste bilan...

On nous promettait de l’écologie.

3 ans après, toujours pas de plan pour rénover la centaine de bâtiments publics de la ville. La menace pour notre planète de l’utilisation des énergies fossiles ne date pourtant pas d’aujourd’hui. Le maire a largement médiatisé son opposition aux mesures d’aides proposées par le gouvernement mais finalement, rien n’est fait sur des équipements qui relèvent directement de sa responsabilité et il n’y a toujours pas l’accompagnement promis aux fontenaysiens qui voudraient rendre leur logement plus sobre.

3 ans après, toujours pas non plus de plan de mobilité. On voit des actions hasardeuses, peu ou pas concertées de piétonisation ou de modification de la circulation mais pas de vision globale pour contribuer à la baisse de la pollution, pas de réflexion pour la mise en place prochaine de la ZFE* ni pour faciliter la vie des piétons et des cyclistes. Toutes les communes autour de nous ont travaillé et mettent en place des solutions. Rien chez nous, mais, en revanche, quand des riverains font des propositions, leur avis est souvent ignoré.

Difficile de croire, 3 ans après, aux promesses de démocratie participative et de concertation…

On nous promettait de la solidarité. Mais où est la solidarité quand on traite aussi mal les problèmes du quotidien ?

Pas de réflexion concertée sur la propreté. Pour les agents en charge de l’entretien, comment répondre aux attentes si la ville ne prend pas le temps d’écouter les habitants ?

Les sujets sur la sécurité et la tranquillité publique sont régulièrement minimisés ou ridiculisés. C’est pourtant la responsabilité de la ville et un devoir de solidarité. Lors de la dernière commission Sécurité, le maire a donné son accord du bout des lèvres au représentant de l’État pour une possible étude sur la vidéoprotection. Que de temps perdu sur cette question pendant que des villes comme Montreuil ont fait ce choix depuis 2020 !

On nous promettait d’accompagner les jeunes vers l’autonomie mais comment interpréter l’absence de la municipalité dans les actions menées par le territoire pour renforcer la coopération entre l’Éducation Nationale et le monde du travail pour bâtir avec eux un projet qui réponde à leurs ambitions.

Ce ne sont que quelques exemples.

3 ans de passé. Il serait temps de s’occuper de tous les fontenaysiens.

*zone à faible émission de pollution.


Chantal Cazals, suppléante du député de la 6ème circonscription du Val-de-Marne
chantal.cazals@fontenay-sous-bois.fr

Patrice Bédouret,
patrice.bedouret@fontenay-sous-bois.fr

Février 2023