LE THÉÂTRE ENTRE EN SCÈNE

Septembre 2023

Le théâtre entre en scène

Le théâtre entre en scène

Le théâtre Jean-François-Voguet, ouvrira ses portes début octobre. Il permettra de développer les politiques culturelles locales en favorisant, en plus de la diffusion artistique, l’accès à la culture pour tous.

Avec ses formes cubiques, tels des containers, aux couleurs nuancées de blanc, noir et gris, surplombant de grandes vitres transparentes, le nouvel édifice culturel s’est amarré à la salle Jacques-Brel, au bord du quartier La Redoute. L’emplacement n’a pas été choisi au hasard. « Construire un théâtre à quelques mètres d’une cité populaire est le symbole que ce lieu doit être pour tous, avec une place stratégique en cœur de ville  », résume May Bouhada, adjointe déléguée à la Culture. Malgré les dégradations subies en juillet, suite à la mort du jeune Nahel, l’élue l’assure : « Rien n’empêchera son ouverture. Bâtir un théâtre ne devrait pas être plus sujet à polémique que de construire d’autres bâtiments publics dans une commune qui considère la culture comme un vecteur de lien social, d’ouverture sur le monde et d’émancipation. » Porté par l’ancien maire Jean-François Voguet (d’où le nom de l’équipement) et poursuivi par l’actuel, Jean-Philippe Gautrais, le projet du théâtre est le fruit d’une volonté politique de longue date. Il était déjà inscrit dans le programme politique pour les élections de 1989. Aussi, le journal municipal de 1992 en fait état, ainsi que du lancement cette même année, d’une consultation auprès de la population. D’ailleurs, les artistes locaux, rejoints par des habitants et des employés communaux, se sont aussi engagés en sa faveur en formant le collectif Un théâtre pour la ville, nommé ensuite Le rideau Bouge et qui est aujourd’hui Le collectif du théâtre Jean-François-Voguet. C’est ainsi qu’après de longues années, le lieu ouvrira ses portes en octobre avec une programmation riche en spectacles vivants : danse, musique, cirque, théâtre... Le nouvel équipement vise à développer l’offre culturelle dans la ville, au service de la population, et cela dès le plus jeune âge.

POUR TOUS

« Tous les élèves de Fontenay fréquentent au moins une fois dans leur scolarité le cinéma municipal Le Kosmos. De la même façon, nous souhaitons qu’ils puissent assister à au moins un spectacle dans ce théâtre », annonce l’adjointe à la culture. L’an passé, 614 élèves de maternelle, 1 113 d’élémentaires, 838 collégiens et 100 lycéens ont pu ainsi voir une pièce programmée par la direction des Affaires culturelles. Afin de familiariser dès l’enfance le public aux diverses formes artistiques, la ville mène une politique culturelle à destination des plus jeunes. Avec l’ouverture du bâtiment, ces axes de travail vont être développés. « Pour cette saison, en plus d’élargir la programmation aux tout-petits dès la crèche, un temps fort autour du théâtre sera proposé aux adolescents  », souligne Justine Rouan, chargée des actions éducatives.

Pour faciliter les venues au théâtre et rendre accessibles les spectacles au plus grand nombre, les équipes artistiques proposent régulièrement des actions d’accompagnement auprès de la population. À travers des ateliers de pratiques, de réflexions, ou d’échanges, les artistes tentent de créer du lien avec le public. Chaque représentation s’articule autour d’actions culturelles. Par exemple, la Compagnie du Plateau mène, depuis 2011, des sessions participatives autour de la pratique théâtrale dans les quartiers Jean-Zay, Larris et Alouettes. Cette saison, elle présentera, au théâtre, son spectacle Fontenay-sous-Bois, quelles histoires !, issu d’un travail réalisé depuis 3 ans dans ces quartiers. Sur scène, des Fontenaysiens accompagnés de comédiens raconteront des histoires sur leur ville. « Impliquer des habitants dans la pièce crée un effet miroir, où le public se reconnait et partage du commun. C’est très libérateur pour le spectateur et cela participe à rendre plus accessible le théâtre », précisent Myriam Derbal et Enrico Di Giovanni de la Compagnie. « Afin que les Fontenaysiens se sentent bien dans cet équipement neuf, nous avons recueilli, l’an dernier, leurs attentes lors d’ateliers de concertation  », explique Arthur Lassaigne, responsable du nouveau lieu culturel. Marie-Claire Bégot de l’association Larris au cœur, y était : « C’est essentiel que ce théâtre soit accessible aux personnes des quartiers populaires qui n’ont pas toujours les moyens ou la chance d’aller dans des salles parisiennes. Je trouve cette consultation intéressante car elle permet d’impliquer les habitants. » Pour M. Lassaigne : « Nos salles doivent être à l’image de la sociétéet refléter le monde dans lequel on vit avec ses cultures et sensibilités, c’est pourquoi un comité de programmation va être mis en place afin qu’à terme 20 % des spectacles soient choisis par les Fontenaysiens. »

LIEU DE CONVIVIALITÉ

Le théâtre génère aussi d’autres attentes auprès des habitants. « Je souhaite que le bâtiment soit ouvert en-dehors de la programmation des spectacles, avec pourquoi pas des espaces pour s’y détendre  », souligne Mme Bégot. Le lieu se veut essentiel pour les artistes car doté de deux grandes salles de répétition, il leur permettra de travailler les spectacles dans des conditions professionnelles. Le nouvel équipement libère ainsi de la place à la salle Jacques-Brel et à l’espace Gérard-Philipe pour les associations qui manquaient parfois de salles à la Maison du citoyen, ou pour les compagnies amateurs en recherche de locaux. Pour Myriam Derbal et Enrico Di Giovanni, membres du collectif : « La salle Jacques-Brel ne dispose pas d’une acoustique optimale et il y manque des endroits pour créer. On souhaite qu’en plus de ce qu’il s’y joue sur scène, d’autres évènements puissent se dérouler dans les autres espaces du nouveau site. » En plus d’être une scène d’expression artistique, M. Lassaigne confirme la volonté de faire du théâtre un lieu de convivialité : « Un projet est prévu autour du bar avec une réflexion sur une ouverture qui pourrait se faire également au-delà des soirs de spectacle.Mais cette première année va nous permettre d’ajuster la gestion du bâtiment. » 

[+] D’INFOS : Voir la programmation