TRIBUNES POLITIQUES

Les propos tenus dans les tribunes politiques sont sous la responsabilité des groupes politiques qui en assurent seuls la relecture.

Groupes de la majorité municipale

Le plan de relance du Gouvernement, c’est de l’enfumage!

Afin de faire face aux conséquences économiques et sociales auxquelles nous sommes confrontés, le Gouvernement lance un plan de relance de 100 milliards d’euros.

Depuis près d’un an maintenant, les collectivités territoriales sont en première ligne pour affronter cette crise sanitaire. Les habitants et les services publics se sont mobilisés durant cette période inédite. Ils continuent de répondre présents, parfois aux dépens de leur santé lorsqu’on observe l’augmentation des cas et la multiplication des variants.

La casse du service public est en marche depuis des années, la baisse des dotations pour les communes a de lourdes conséquences sur notre territoire et le quotidien des Fontenaysiennes et Fontenaysiens. Au vu des dépenses exceptionnelles allouées pour pallier cette crise, le délaissement de l’Etat se fait durement ressentir cette année.

On nous annonce 5,2 milliards de «crédits nouveaux» pour les collectivités territoriales, alors que ce sont simplement des recyclages d’enveloppes déjà votées dans le projet de loi de finances rectificatif. Que signifie ce plan quand on sait que l’État se désengage depuis des années auprès des communes ? Nous connaissons la réponse, celle de l’intérêt patronal, les cadeaux fiscaux aux grandes entreprises pendant que le Secours Populaire tire le signal d’alarme sur l’explosion de la pauvreté. La difficulté à solliciter les financements se ressent lorsqu’on nous annonce le retardement du chantier pour le Tramway 1, malgré un plan de relance État-Région.

Le plan de relance doit être réorienté vers le service public: plus de moyens pour les hôpitaux, les Ehpad, dans la lutte contre la pandémie, dans l’embauche d’enseignants supplémentaires et dans un vaste plan d’éradication de la pauvreté.

Les élus du groupe Fontenay en Commun

Avril 2021

Et la démocratie dans tout ça?

Cela fait maintenant plus d’un an que nous vivons dans un contexte de crise sanitaire, sociale, économique mais aussi politique. Nous ne reviendrons pas sur l’absence de transparence du conseil de défense, sur le manque de concertation dans les prises de décisions ou encore sur l’intéressante innovation que fut la convention citoyenne pour le climat, qui malgré l’engagement initial, n’a donné que peu de suites à cette, pourtant prometteuse, expérience démocratique.

Nous souhaitons plutôt porter un message d’espoir et d’ambition pour notre démocratie. Rouvrir le tiroir déjà poussiéreux dans lequel l’idée de ce fameux «monde d’après» a été trop vite oublié. Oui! Nous le voulons plus solidaire, ce monde, plus juste et plus écologique! Nous le voulons, mais pour cela nous devons réinventer nos modes d’organisation et de décision, nous devons créer de nouvelles manières de faire de la politique, de faire société.

À Fontenay-sous-Bois, nous pensons que la commune est l’échelon idéal pour expérimenter de nouvelles façons de faire vivre la démocratie. 150 ans après la commune de Paris, c’est le moment de remettre la commune au cœur de notre fonctionnement démocratique.

C’est bien à l’échelle de la ville qu’il existe une réelle proximité permettant de tisser les liens de confiance afin de construire du commun.

Le contexte sanitaire nous empêche de nous retrouver, cela rend difficile cette nécessité de faire ensemble. Cependant nous faisons tout notre possible pour, d’une part, créer de nouvelles façons de faire vivre notre démocratie fontenaysienne durant cette période, et d’autre part, inventer et préparer de nouveaux dispositifs démocratiques que nous pourrons faire vivre pleinement lorsqu’enfin nous pourrons nous réunir en chair et en os. Notre détermination de construire une ville solidaire, écologique et démocratique est totale, c’est le sens de notre engagement politique.

Jeoffrey Gueniche, Fabienne Lelu

Contact: eelv94120@gmail.com
Blog: fontenaysousbois.eelv.fr

Avril 2021

OSER REBATIR

Le monde traverse une pandémie avec la conscience accrue de vivre une époque charnière qui questionne sur notre manière de vivre, de nous déplacer, de consommer, de travailler et d’organiser l’économie pour une transition globale, durable. Le précieux enseignement à tirer de la crise du Covid-19 n’est-il pas la nécessité de relever ensemble les défis planétaires ? Ne rêvons-nous pas d’un monde plus résilient, plus sain et plus respectueux de la différence, du global au local un monde plus humain à rebâtir?

Avec son plan national de relance capitalistique inabouti, que signifie aujourd’hui rebâtir pour le Président de la République? Oser rebâtir n’est-il pas revoir notre mode de vie, pour reconstruire demain, en changeant radicalement notre regard sur la société? Oser rebâtir n’est-il pas réduire les inégalités pour une redistribution équitable des biens? Oser rebâtir n’est-il pas pour l’État de retrouver ensemble, avec les villes comme Fontenay, des chemins soutenables pour une meilleure stratégie vaccinale et un accès renforcé aux services publics de proximité? Oser rebâtir n’est-il pas donner aux jeunes et aux seniors les moyens de vivre dans la dignité? Oser rebâtir n’est-il pas oser un plan national de rénovation écologique plus inclusif? Oser rebâtir n’est-il pas libérer les services publiques du marché de la rentabilité ? Si nous nous en tenions à ces questions, de grâce, Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement, Monsieur Castex en tête, tâchez déjà de nous répondre!


Clémence Avognon Zonon,
clemence.avognon@fontenay-sous-bois.fr

Mars 2021

Quand la mobilisation paie!

L’Agence Régionale de Santé a enfin donné son accord pour l’ouverture d’un centre de vaccination dans notre ville. Nous étions prêts depuis des semaines mais l’ARS refusait de donner son accord. Suite à notre mobilisation à tous, nous nous réjouissons de pouvoir enfin offrir ce service de santé publique aux fontenaysiens.

Depuis l’annonce de la découverte d’un vaccin, l’un de nos objectifs était de donner la chance au plus grand nombre, à celles et ceux qui le souhaitent, de pouvoir proposer une vaccination de proximité.

À partir du 6 avril, il sera donc possible de se faire vacciner à Fontenay sans avoir des kilomètres à faire. Une bonne nouvelle, notamment pour les personnes âgées ou à mobilité réduite.

Parce que nous avons conscience que ce n’est que la première étape du combat, il nous faut réfléchir à la suite. Il nous faudra des doses en nombre suffisant mais aussi s’assurer que l’État prenne toute sa responsabilité dans le coût de fonctionnement du futur centre.

Cet espace –qui sera bien évidemment ouvert à tous– ne doit pas être supporté financièrement par la Ville et ce pour deux raisons. D’une part, car la santé est une prérogative étatique mais aussi parce que l’État doit assumer son choix de baisse continuelle des ressources financières des communes.

Nous resterons attentifs à ces sujets dans les semaines à venir.

Lachelache Nassim,
6e adjoint délégué à la Santé et à l’Accès aux soins

Larabi Nacera,
Conseillère municipale déléguée à la Médecine douce

Avril 2021

Les Arts nos essentiels

Depuis le début de la crise sanitaire comme depuis son arrivée au pouvoir, l’exécutif travaille à se désengager des politiques artistiques et culturelles. Rien n’a été entrepris pour accompagner la reprise de l’activité, même partielle. Les échéances de réouverture ne cessent de reculer plongeant les professionnels dans l’angoisse, la précarité et l’incompréhension. Comment justifier de laisser les lieux culturels fermés au public pour des raisons sanitaires alors qu’aucun d’entre eux n’a été foyer de contamination?

Alors que les acteurs du monde culturel se mobilisent et occupent les lieux de création partout en France, nous sommes solidaires de l’ensemble des revendications. La stratégie, ou plutôt l’absence de planification, mise en place par le gouvernement est la première responsable de la situation sanitaire. Elle appelle à réfléchir et à mettre en place des alternatives au confinement planifiées, comme l’a proposé la France insoumise. Oui la culture est essentielle à nos vies, elle est un outil d’émancipation, de diversité et vecteur de citoyenneté. Non, nous ne pouvons pas accepter que la vie soit uniquement organisée autour du travail et de la consommation de masse. Nous n’acceptons pas plus la mise en quarantaine de notre vie culturelle. Nous demandons la réouverture des théâtres, des musées, des cinémas et des monuments à condition que les protocoles sanitaires soient respectés.


Stéphanie MICHEL, conseillère municipales aux Associations Solidaires

Avril 2021

Une réforme de l’assurance chômage brutale 

La réforme de l’assurance, qui est calculée à partir d’un salaire journalier (SJR) basé sur une moyenne des salaires des douze derniers mois et sur le nombre de jours travaillés, va radicalement changer. A compter du 1er juillet, les salaires seront comptabilisés sur deux ou trois ans et la moyenne sera calculée sur la totalité des jours de la période. Cette nouvelle procédure fera baisser mécaniquement le taux de l’allocation. De surcroît, la prise en compte des périodes chômées, et non plus uniquement des périodes d’emploi, participera à réduire davantage les indemnités des travailleurs privés d’emploi. 

L’UNEDIC prévoit des baisses de 20 à 40 % des allocations pour 840000 demandeurs d’emploi (38 % des allocataires). Le gouvernement va les jeter dans la pauvreté. En outre, si les conditions d’affiliation sont durcies telles qu’il les prévoit, cela entrainera l’exclusion de 300000 chômeurs qui seront précarisés.

La France compte déjà 9 millions de personnes pauvres. Ce n’est pas comme cela que notre pays va rompre avec la reproduction de la pauvreté. Dans cette période de pandémie si difficile à vivre pour tous, les mesures de solidarité sont les bienvenues. Mais une réforme aussi mortifère, assurément pas. Le gouvernement affiche son plan de relance tout en réduisant les droits des travailleurs.

«Le premier des droits de l’homme c’est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail.» (Jean Jaurès).

Louis Mohamed SEYE,
Adjoint au Maire délégué à la Politique de la ville
louismohamed.seye@fontenay-sous-bois.fr

Anne-Marie MAFFRE,
Conseillère municipale déléguée à la Citoyenneté et à l’inclusion des personnes en situation de handicap
anne-marie.maffre@fontenay-sous-bois.fr

Avril 2021

Groupes de l'opposition

Au revoir et merci!

La vie politique est une continuité d’expériences, de bonheurs et de blessures. Gildas Lecoq a annoncé, au dernier Conseil Municipal, quitter la vie politique locale et démissionner de ses fonctions d’élu local et de président du groupe Avec vous pour Fontenay. Celles et ceux qui l’ont soutenu et encouragé comme celles et ceux auxquels il a transmis le flambeau de ses convictions pour rendre la ville meilleure tiennent à le remercier pour son action, son engagement et son investissement sans limite pour Fontenay et au service de toutes et tous les Fontenaysiens au cours de ces sept dernières années. Merci Gildas !

Amateurisme: une fois, on peut comprendre. Deux fois, de qui se moque-t-on?

Parer à l’urgence, ça a bon dos. On ne transige pas avec la sécurité sanitaire de nos enfants. À Fontenay, la ville s’insurge, communique, écrit au ministre de l’Education nationale, demande des mesures concrètes – lesquelles ?

On n’en sait pas plus, encore un effet d’annonce– pour «pallier à» (sic) la situation actuelle. À Fontenay, comme dans de nombreuses autres villes, la municipalité a distribué des masques aux enfants. En novembre 2020, lorsqu’ils sont devenus obligatoires pour les enfants dès le CP, quelle ne fût pas la surprise que de voir que les masques distribués, en mousse (d’ailleurs de couleur genrée, bleu pour les garçons, rose pour les filles!), étaient trop petits. Pire, l’emballage indiquait explicitement qu’ils étaient à laver à l’eau froide contrairement à toutes les recommandations d’usage et qu’ils ne protégeaient que contre les pollens et les poussières…

La ville a donc dû s’y prendre à deux fois et procéder à une nouvelle distribution pour aider les familles et protéger les enfants. Quel gâchis! 

Mars 2021, bis repetita. La municipalité distribue à nouveau des masques aux enfants des classes primaires de la ville. Sauf que deux jours à peine après cette distribution les parents d’élèves sont à nouveau prévenus qu’il ne faut pas utiliser ces masques car leur capacité de filtration n’est pas suffisante.

On apprend de ses erreurs normalement, à moins de faire preuve du pur amateurisme!

Fournir des masques de piètre qualité ou rien, ça revient au même. Non, c’est pire!

Cela fait preuve d’une mascarade de communication. Cela a un coût à la charge de la collectivité et de nos impôts locaux.

Protégeons nos enfants avec sérieux, nous vous le demandons.

Clémentine-Audrey Amsellem Simonnet, Lionel Bertrand, Faïza Indja, David Guyot, Brigitte Chambre-Martin, Christophe Mathieu

GROUPE AVEC VOUS POUR FONTENAY
111, rue Dalayrac
94120 Fontenay-sous-Bois
06 17 76 12 56


Pour contacter les membres du groupe par mail, il vous suffit d’écrire en utilisant le principe: prénom.nom@fontenay-sous-bois.fr

Avril 2021

Toujours plus d’impôts : la triste performance de Fontenay-sous-Bois

Sur le budget municipal, les fontenaysiens méritent une information objective et documentée. Mais dans le Rapport d’orientation budgétaires 2021, les attaques anti–gouvernementales prennent le dessus sur l’analyse claire de la situation financière de notre commune.

La majorité municipale pleure sur un supposé désengagement de l’État mais oublie les opportunités du plan de relance et les compensations versées par le gouvernement:

  • garantie en cas de diminution des recettes fiscales
  • autorisation d’une progression des dépenses de fonctionnement pour s’adapter aux contraintes sanitaires
  • dotation d’un milliard pour soutenir des projets locaux - 5 milliards d’euros du Plan de Relance pour soutenir les collectivités territoriales et booster l’investissement public…

Des collectivités de toutes couleurs politiques en profitent et l’affichent sans retenue dans cette période de débats budgétaires. Mais à Fontenay, par posture idéologique, on traine pour répondre aux nombreux appels à projets en cours et quand on répond, on préfère le cacher, alors que des projets bénéficient de ces fonds publics : rénovation de l’Eglise St Germain (105400 euros), CMS (651000 euros)…

Rien que sur la rénovation énergétique, 88 Millions d’euros sont prévus pour les projets franciliens.

Ne serait-ce pas une belle opportunité pour ouvrir enfin le dossier de la passoire thermique de l’hôtel de ville ou de certaines écoles?

En revanche, pas d’hésitation pour augmenter la pression fiscale supportée par les ménages de notre ville, dans un budget qui s’affiche pourtant «solidaire ». Alors que la suppression de cette taxe d’habitation si injuste n’est même pas terminée, la municipalité se prépare à augmenter la taxe foncière.

Dans le contexte actuel difficile, rappelons que les propriétaires ne sont pas tous des nantis, que la plupart doivent encore rembourser leur emprunt.

Parce notre ville ne maitrise pas suffisamment ses dépenses de fonctionnement, parce qu’elle n’est pas assez pro-active dans la recherche de financements publics comme privés, que sa capacité d’autofinancement est faible, elle utilise la taxe foncière comme variable d’ajustement budgétaire depuis 2015.

Ce n’est donc pas un hasard si Fontenay figure selon le «Parisien» du 9 mars dernier dans le TOP 20 des villes françaises ayant la fiscalité la plus élevée.

Un triste privilège pour Fontenay-sous-Bois et pour ses habitants.

Avril 2021