Qualité de l’air intérieur

La Ville de Fontenay a opté pour un mix entre diagnostic qualitatif et réalisation de mesures des polluants dans l’air dans un souci d’obtention de résultats fiables, interprétables et rigoureux et de maitrise des coûts pour la collectivité.

Le risque encouru
Une bonne qualité de l’air à l’intérieur d’un bâtiment a un effet démontré sur la qualité de concentration, le taux d’absentéisme dans les écoles, le bien-être.

À contrario, une mauvaise qualité de l’air peut favoriser l’émergence de symptômes tels que maux de tête, fatigue, irritation des yeux, du nez, de la gorge et de la peau, vertiges ainsi que les manifestations allergiques et l’asthme.

Les enjeux sanitaires et économiques liés à la qualité de l’air intérieur sont importants et il est donc important de mettre en œuvre des actions pour améliorer la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du public.

La Ville de Fontenay a opté pour un mix entre diagnostic qualitatif et réalisation de mesures des polluants dans l’air.

  • Évaluer les moyens d’aération de chaque ;
  • Établir un diagnostic des facteurs de dégradation de la qualité de l’air ;
  • Établir un plan d’échantillonnage des analyses de polluants de l’air sur au moins un tiers des établissements concernés;
  • Élaborer un plan d’actions communal à partir de ces résultats et de leur extrapolation.

Trois indicateurs sont réglementairement définis :

  • Le formaldéhyde : indicateur d’une pollution de l’air provenant de sources intérieures (peintures, vernis…) ;
  • Le benzène : indicateur d’une pollution de l’air provenant de sources extérieures (circulation automobile, chauffage...) ;
  • Le dioxyde de carbone : indicateur de la qualité du renouvellement de l’air.

Le calendrier prévisionnel est le suivant :

  • 1er semestre 2019 : surveillance au sein des crèches et écoles maternelles et primaires;
  • 2020 : surveillance des centres de vacances ;
  • 2021 : surveillance des autres établissements concernés par la réglementation.

Point d’étape au 29/03/2019

21 établissements (écoles, groupes scolaires et crèches) ont fait l’objet d’une évaluation du niveau de risque sur plus de 70 critères basés sur le guide pratique « pour une meilleure qualité de l’air dans les lieux accueillant des enfants ».

Cette première étape dans le processus de surveillance sera prochainement complétée par la réalisation de mesures de polluants sur plus d’un tiers des sites (9 au lieu de 7). Des capteurs seront installés dans les lieux les plus exposés ou à risque, pendant une durée de cinq jours.

Documentations techniques et réglementaires

Localiser